2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Vendredi 01 décembre 2017

Château Pech Redon | Retrouvez son témoignage 2013 

Christophe Bousquet : “2017 est un beau millésime d’équilibre”.

L'appellation La Clape fédère 3 caves coopératives et 29 caves particulières qui exploitent environ 1000 ha de vigne.
Le château Pech Redon compte 25 ha en appellation La Clape, 4 ha en AOC Languedoc et 1 ha en Vin de France, cultivés en agriculture biologique.

Actu : Christophe Bousquet lance avec d'autres vignerons et coopérateurs de la Clape, un GIEE (groupement d'intérêt économique et environnemental). Leur thème : l'eau dans tous ces états. Ils vont travailler sur l'irrigation, mais aussi sur d'autres solutions alternatives comme l'agroforesterie, le travail des sols, les portes greffes, l’encépagement. L’objectif est de faire face rapidement aux impacts du changement climatique.

A Pech Redon, les vendanges se sont déroulées du 8 septembre au 22 septembre 2017.

Des pluies trop rares
Après une sécheresse très importante en 2016 avec seulement 200 mm d’eau sur l’année viticole, nous avons bénéficié d'un hiver extrêmement pluvieux. Pour notre climat à nous ! Jusqu'au printemps, la situation est restée satisfaisante côté vignoble et sols. Concrètement, d'octobre à avril, il est tombé 465 mm. Fin avril et début mai, les vignes ont subi un petit épisode de gel qui a impacté au domaine 50% de 2 ha de grenache blanc et de bourboulenc et une parcelle de syrah et carignan. Et à partir de mai, nous n’avons plus eu d’eau jusqu’aux vendanges. Juste 35 mm...Soit, sur les deux dernières années, 700 mm cumulés. La vigne ne peut pas pousser avec une pluviométrie si faible.

Des vendanges ramassées
Cette année, les vendanges n'ont pas été particulièrement précoces dans La Clape, contrairement à l’arrière-pays. C'est un des enseignements de l'évolution climatique. De millésime en millésime, l'écart des dates de récolte se creuse entre le piémont et le littoral. Alors qu’en Terrasses du Larzac, dans le bas de Minervois et des Corbières, les vendanges ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août, dans La Clape, elles n’ont pas débuté avant le 1er septembre. Notamment, grâce à la mer qui modère l'effet température avec des nuits fraîches. C'est l'atout majeur de notre AOC. Le phénomène est d'autant plus marqué à Pech Redon. Car le vignoble est au point culminant de La Clape, à 200 m d'altitude. Nous vendangeons une bonne semaine après les autres vignerons de l’appellation.

En revanche, elles ont été très concentrées par rapport aux autres années. Tout d'abord, parce qu'il y avait peu de raisin à récolter. Mais pas seulement. Les conditions climatiques modifient les différences ampélographiques. Les cépages mûrissent presque en même temps. Auparavant, entre le grenache blanc ramassé début septembre et le mourvèdre en octobre, nous avions au moins un mois d'écart. Dorénavant, nous avons à peine 15 jours entre ces deux récoltes. Ce resserrement est d'autant plus marqué au domaine. Car je recherche plus tôt des profils sur la fraîcheur que sur la maturité.

Des rendements en baisse au fil des décennies
On s’attendait à une petite récolte avec les faibles sorties, notamment des syrahs et des carignans ainsi que les coulures du grenache au moment de la floraison. Au final, la baisse de récolte est moins importante qu’en 2016. D'une part, parce que deux vignes sont rentrées en production. D'autre part, l'impact du climat a été moins marqué. Certainement grâce au travail sur les sols et le vignoble qui commence à porter ses fruits. Au final, à Pech Redon, le rendement moyen est autour de 25 hl/ha, soit 20% en moins par rapport à une année normale. Et sur La Clape, d'après les premiers échos, sur une moyenne des 5 dernières années, les volumes seraient en baisse de 30% avec des rendements autour de 30 hl/ha. On est loin des rendements des années 1990 ! La faible pluviométrie impacte tout le vignoble. Aujourd’hui, aucun vigneron ne peut remettre en cause ce problème. Preuve en est : le Languedoc n'arrivera pas à produire 10 million d'hectolitres cette année.

Des vins sur la fraîcheur
La vendange rentrée, tout s'est déroulé sereinement grâce à son état sanitaire idéal. Nous sommes en bio à la vigne et à la cave, nature. On ne levure pas et on ne sulfite pas. Les raisins ont très bien fermenté malgré des moûts pauvres en azote. Les malolactiques se sont faites dans la foulée.

2017 est un très beau millésime d'équilibre. Curieusement d'ailleurs. On s'attendait à ce qu’il soit chaud et puissant. Or, sur la Clape, globalement, les vins ont une belle fraîcheur. Malgré parfois des maturités importantes. Mais, qu’est qu’une maturité normale ? Je fête mon trentième millésime cette année. Dans les années 1990, je récoltais la syrah fin septembre à 12,5% Vol. et je faisais 40 hl/ha. Dans les années 2000, j'étais à 13,5% Vol. avec des rendements à 35 hl/ha, et maintenant, je suis entre 14 et 14,5 % Vol. avec des rendements à 30 hl/ha maximum.

Une hausse des prix est inéluctable
Personnellement, pour compenser partiellement la baisse de production, je vais devoir augmenter mes tarifs. C’est la volonté de l’ensemble des appellations. Notamment pour le vrac. L'AOC Languedoc a fixé une barre basse à 150 €/hl et sur La Clape je maintiens à 200 €/hl . C’est mon rôle de président de l’appellation, d’affirmer que l’on ne peut pas faire des crus à moins. Quand je suis arrivé, il y avait à peine 20 €/hl d'écart avec les AOC Languedoc. Aujourd'hui, on est entre 50 et 60 €/hl. Ce n'est pas encore suffisant. Les vins doivent être au mini 200 €/hl et plus tôt 250 €/hl, car nos coûts de production moyens approchent les 190 €/hl. Ces conditions financières n’existent qu’en agriculture. Les effets climatiques impactent directement les rendements et par conséquent, la rentabilité des entreprises. Réalité du marché ou pas, il va falloir négocier. Ou ce sera la fin du vignoble ! Je le dis pour la Clape et à qui veut bien l'entendre. Il est urgent de trouver des solutions, car les dangers sont là dès à présent. Le Languedoc doit clairement prendre de décisions rapides et efficaces.

Christophe Bousquet, président de l’AOC La Clape et vigneron du château Pech Redon.
(AOC La Clape et Languedoc)