2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mardi 13 février 2018

Président de l'IGP Côtes de Thongue | Retrouvez son témoignage 2016 2015 2014 

Mathieu Vergnes : “Peu de quantité, mais une très belle qualité”.

Mathieu Vergnes, est président de l'IGP Côtes de Thongue. Elle fédère 40 caves particulières et 5 caves coopératives qui sont à 40% en agriculture biologique. Une grande vague de conversion est en cours. Sur son domaine des Capriers de 30 ha, il produit environ 100 000 bouteilles en IGP Côtes de Thongue.

Actualités : L'IGP Côtes de Thongue présentera au moins d'avril 2018 à l'occasion de son assemblée générale, sa nouvelle identité et nommera le nouveau président de l'IGP, François Teisserenc du domaine de l'Arjolle.
Mathieu Vergnes lance "Octave", une nouvelle cuvée d'assemblage syrah et grenache, élevée en barrique de trois vins, en IGP Côtes de Thongue, millésime 2016.

Les vendanges ont débuté sur le domaine le 14 août et se sont terminées le 20 septembre 2017.

Des vendanges historiquement précoces
Avec l’hiver et le début de printemps très pluvieux, la vigne a débourré précocement. Le côté sud de l'IGP a été touché par les gelées de mois d'avril. Le reste de la zone n'a pas été impacté directement. Rapidement, nous avons constaté que les sorties étaient faibles. Non pas à cause du gel, mais suite à la sécheresse 2016. Notamment sur les viogniers et les syrahs. Très tôt, nous savions que la récolte allait être relativement petite. Le cycle s'est poursuivi sans pluviométrie. Avec un côté positif : l'absence de pression sanitaire. Les vendanges sont arrivées très rapidement. Elles sont historiquement précoces. Les rendements ont été sans surprises très faibles. Sur notre domaine, la baisse est de 35% par rapport à une année normale, soit pour ce millésime en moyenne entre 35 et 40 hl/ha. Sur d'autres zones, elle est parfois de 50%.

15% de zones irriguées
On a de plus en plus de zones irriguées. Au sud de la dénomination, l'irrigation remonte par le biterrois d'un côté et de l'autre par le Piscénois. La baisse de rendement est ici moindre malgré les faibles sorties. Pas au nord, comme du côté de Magalas. Avec les reliefs plus élevés, le système n'est pas encore en place, car les coûts d'installation sont élevés. À ce jour, nous avons 15% de zone irriguées et techniquement, on pourrait atteindre 30%.

Des vins aromatiques
Avec cette faible récolte, nous avons eu le temps de bien travailler les jus. Les raisins, peu nombreux, étaient de qualité. Tout s'est déroulé facilement. On peut même dire que tout s'est fait presque tout seul. C'est le signe des bons millésimes :-) Malgré cette année solaire, les rosés et les blancs ont un très joli profil aromatique. En rouge, la belle structure tannique est agréable. Ces jus ont le profil typique des vins du sud. Avec certes moins de fraîcheur, mais une belle tension. En résumé, nous avons peu de quantité, mais de très belles qualités.

Avenir
L’enjeu est la pluviométrie. Un nouveau petit millésime remettrait en cause la pérennité des entreprises sur le secteur, car nous sortons de deux petites récoltes. Les pluies d’hiver depuis janvier 2018 redonnent le sourire.

Mathieu Vergnes, vigneron du domaine des Capriers et président de l'IGP Côtes de Thongue.