2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mercredi 18 octobre 2017

Président IGP Cévennes et des Vignerons de la porte des Cévennes. | Retrouvez son témoignage 2016 2014 

Christian Vigne : “La qualité, mais pas la quantité”

L'IGP Cévennes fédère 50 caves particulières et 19 caves coopératives. Avec ses 80 000 hl produit en 2016, principalement en bouteilles, c’est l’une des premières IGP régionales.

Actu : Les Vignerons de la porte des Cévennes lancent une nouvelle cuvée sans sulfite ajouté, “Terre Haute” en rosé et en rouge. Ces 2000 bouteilles, vendues autour de 10€, sont destinées au marché local.
Par ailleurs, 80 ha supplémentaires attaquent leur conversion bio. En 2020, 200 ha sur les 550 de l’IGP, devraient donc être certifiés en agriculture biologique.

Les récoltes ont débuté le 14 août avec les chardonnays et se sont terminées vers le 15 septembre 2017 par les cabernets.

Une année de sécheresse
Comme tout le monde en Languedoc, l’hiver et le début printemps ont été plutôt humides et doux. Mais, de juin jusqu'aux vendanges, il n'y pas eu de pluie et il a fait très chaud. Avant de parler des conséquences de cette sécheresse, notons que nous avons globalement été épargnés par les gelées printanières. Mais elles ont  impacté la floraison de quelques cépages, notamment des grenaches (30% de l’IGP Cévennes) qui ont subi une coulure importante. L'état sanitaire à la veille de la récolte était irréprochable. Les vignes n'ont pas subi de maladies cette année et très peu de traitements  ont été réalisés. Nous avons également eu la chance d'être épargnés par la grêle en août.

Les conséquences de cette sécheresse
A cause de cette sécheresse  les baies n’ont pas grossi et  les vendanges ont dû débuter précocement  à la mi-août  car les degrés étaient élevés. Et elles se sont poursuivies sans pause, contrairement aux autres années, jusqu'à la mi-septembre.
Comme tout le monde, les volumes sont en baisses de 30% par rapport à 2016 qui en revanche, étaient pour l'IGP Cévennes, plutôt bons.

L’équilibre financier s’annonce compliqué
En cave, à ce jour (le 18/10/2017), pour certains, les vinifications sont terminées et pour d'autres, elles sont encore en cours. Il n'y a pas de soucis de qualité. Les premiers jus sont bons. Mais, nous avons un problème de quantité. Avec cette faible récolte, tous les marchés ne vont pas pouvoir être fournis. Il va falloir faire des choix. Nous sommes encore sur la vente du 2016, mais le problème va arriver dans un mois ou deux car notre cave coopérative “les Vignerons de la porte des Cévennes”, n’a pas de stock. La question des prix va se poser. Les négociations s'annoncent compliquées car même avec les prix de 2015 réajustés à la hausse de 10%, le revenu minimum hectare de 5000 € ne sera pas atteint…et c’est le seul chiffre qui compte pour pérenniser notre viticulture, nos caves et nos exploitations !

Christian Vigne, Président de l'IGP Cévennes et des Vignerons de la porte des Cévennes