2016

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mercredi 12 octobre 2016

Domaine Gournier | Retrouvez son témoignage 2014 

Maurice Barnouin : "Dans le haut du Gard, un millésime très intéressant".

Maurice Barnouin gère 180 ha de vignes principalement sur des communes gardoises. 45 ha sont cultivés en agriculture biologique au sein du Mas Brès. 85 % de ses volumes sont en IGP Pays des Cévennes, le reste est en AOC Duché d'Uzès et Terrasses du Larzac


Les vendanges se sont déroulées du 5 septembre au 12 octobre 2016

L’irrigation a fait la différence
Le début de végétation a été très précoce. Le cycle s’est ralenti avec le printemps pluvieux. Nous sommes alors passés sur une année tardive. Nous avons constaté un problème de floraison sur certains cépages délicats comme le grenache qui ont souffert de la coulure. Ensuite, nous avons été confrontés à la sécheresse et au mistral. L’évaporation et le stress de la vigne ont été importants. Heureusement que depuis 5 ans, nous pratiquons une irrigation de soutien sur 35% de nos parcelles. La différence est cette année, avec les vignes non irriguées, importante.
L’état sanitaire était très bon avec une bonne maturité alcoolique, contrairement à la phénolique qui a été plus compliquée. En fonction de chaque parcelle et des orages annoncés, nous avons attendu le maximum. Les pluies de septembre dans le Gard ont été bénéfiques pour les maturités. Les parcelles avaient besoin de se refaire. Globalement, ces vendanges ont été calmes, car la météo a toujours été de notre côté. Mais elles ont été longues - une semaine de plus en moyenne par rapport aux autres années - et elles se finissent tard. Ce 12 octobre, jour de l’interview ! Cette année, le choix des dates de récolte a été primordial ainsi que le travail, tout au long du cycle, de la vigne.


Le fléau des sangliers
En ce qui concerne les phénomènes majeurs, il est important de souligner le fléau des sangliers. Il faut trouver une solution pour enrayer à la fois les dégâts qu’ils font dans les vignes tout au long de l’année et leur dangerosité sur les routes, la nuit lorsque nous vendangeons. Par ailleurs, nous avons subi pour la deuxième année consécutive, le problème de black-rot.


Moins de jus, mais un millésime très intéressant
Résultat, en cave, quantitativement, même s’il est difficile à ce jour d’avoir une estimation précise, le constat est le suivant : à tonnage égal, nous avons beaucoup moins de jus ! Là encore, sur les parcelles irriguées, la différence est notoire. Qualitativement aussi. Les jus en fermentation ont un meilleur équilibre. Globalement, dans le haut du Gard, ce millésime est très intéressant.

Maurice Barnouin, vigneron
(IGP Pays des Cévennes, AOC Duché d'Uzès et Terrasses du Larzac)