2016

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Jeudi 20 octobre 2016

Domaine la Rochellierre | Retrouvez son témoignage 2017 2013 

Jean-Marie Fabre : “Ce millésime est une pépite...”

Jean-Marie Fabre est président des VIF de l’Aude et de la région Occitanie. Il gère sur son domaine “La Rochelierre” , 15 ha en appellation Fitou et également en AOC Muscat de Rivesaltes.
Actu de l’AOC Fitou : la sélection des “Ambassadeurs 2017” se déroulera le 2 novembre 2016. Les 12 cuvées élues seront les témoins de la diversité et du niveau de qualité de l’appellation tout au long de l’année.

Au domaine, les vendanges se sont déroulées, pour les cépages rouges, du 4 au 23 septembre 2016

La plus faible pluviométrie depuis 20 ans
Ce cycle a été marqué par un automne 2015 et un hiver 2016, doux et très secs, inhabituels dans notre zone méditerranéenne.  Entre septembre et fin février, il est tombé moins de 100 mm. C'est la plus faible pluviométrie constatée depuis plus de 20 ans ! Le débourrement a donc démarré tardivement. Au printemps, l'effet inverse s'est produit. Les températures se situaient dans les normales saisonnières. En revanche, les pluviométries, bien qu'en volume faible, ont été régulières. Toutes les semaines, les vignes ont bénéficié en moyenne de 10 mm. Le  cycle végétatif est revenu relativement conforme en matière de surface foliaire et de rapidité de poussée. Un feu de paille au final puisque ces pluies, entre fin février et début avril ont représenté seulement 70 mm.
La sécheresse s'est poursuivie tout l'été avec des températures élevées et une tramontane importante. Ce vent continental de secteur nord-ouest  est certes le meilleur outil contre les maladies cryptogamiques. D'ailleurs, très peu de maladies se sont installées sur les vignes de Fitou cette année. Néanmoins, il a amplifié la sécheresse et l'évaporation.


Des vendanges sereines
Alors que le millésime s'annonçait, en volume, sur une moyenne normale, nous nous sommes retrouvés à la veille des vendanges, avec des baies extrêmement petites et peu de jus. Bien que prometteur en terme de qualité, nous avons craint que la plante arrête d'alimenter le raisin pour survivre. Et être ainsi confronté à des déséquilibres entre acidité, alcool, polyphénol et maturité aromatique.
Heureusement, deux petits épisodes pluvieux de 7 et 11 mm, ont complètement inversé la tendance. La plante a refonctionné normalement. Les maturités sont reparties. La synthèse en polyphénol a notamment été rapide. Nous avons donc déclenché les vendanges, finalement qu'avec une petite semaine de retard, car les raisins étaient arrivés à de beaux équilibres. Elles se sont ensuite déroulées dans la sérénité, car les conditions climatiques sont restées, tout au long de la récolte, rassurante.


Des volumes en baisse mais une qualité extraordinaire
Une fois les raisins rentrés, le potentiel s’est naturellement livré. Aujourd’hui, après les cuvaisons, on se retrouve avec une millésime 2016 qui qualitativement m’a surpris. Je n'imaginais pas que l'on puisse avoir de tels équilibres et de telles matières, après cette période si compliquée pour les vignes.
Je viens de finir de décuver cette semaine. Les vins sont à la fois structurés, riches, concentrés avec énormément d'élégance et de finesse. On a des jus qui sont déjà à la fois très marqués par le fruit et complexe.
En terme de volume, nous n'avons pas encore fini de soutirer les vins - tout dépendra des lies - mais je pense que nous serons entre -15 et -25 %.
Mais au-delà de ce faible rendement, on a cette agréable surprise d'avoir un millésime qui est
un des plus beaux que l’on ait pu vinifier depuis ces dernières années. Dans le Languedoc, entre 2008 et 2015, nous avons eu la chance d’avoir que des millésimes qualitatifs. Mais 2016 est une pépite, dans la lignée des 2001 et 2008 !


Jean-Marie Fabre, vigneron du Domaine La Rochelierre
(AOC Fitou et AOC Muscat de Rivesaltes.)