2016

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Vendredi 25 novembre 2016

Domaine de Maëls |

Frédéric Schwertz : “2016 : petit mais bon”.

Les vignerons du domaine des Maëls, Frédéric et Morgane, gèrent 14 ha de vignes qui sont à
50 % en AOC Minervois et 50 % en IGP OC.
Actu du domaine : deux nouvelles cuvées M, en rouge et blanc, sont à la vente. Ces vins éphémères, réalisés selon leur envie et le millésime, sont cette année, sans sulfite.


Les vendanges se sont déroulées du 10 septembre au 8 octobre.

Les cépages méditerranéens ont le plus souffert du manque d’eau
La faible et diffuse pluviométrie (200 mm) de cet hiver doux a, dès le début du cycle, engendré un déficit en eau. Les pluies d’avril et mai ont été bénéfiques pour la plante qui avait déjà débuté son débourrement. Mais les réserves ne sont pas refaites. Entre mai et début septembre, il n’y a pas eu une goutte ! L’état sanitaire est donc resté bon. Nous avons juste eu, un peu de mildiou après les printemps pluvieux. C'est le paradoxe anecdotique de l'année : sécheresse, mais mildiou. Nous n'avons pas eu d'oïdium et d'insectes. D'autant plus, que cette année, nous avons commencé la confusion sexuelle qui a parfaitement fonctionné.
A la veille des vendanges, la vigne était très sèche à certains endroits. Les feuilles, peu nombreuses, et les baies petites. Heureusement, début septembre, des petites pluies ont débloqué les maturités. La photosynthèse a redémarré. Ces 10 mm font aujourd'hui, la différence en cave. En revanche, les raisins n'ont pas gonflé. Nous avons un tiers de vendange en moins. Paradoxalement, les cépages méditerranéens ont le plus souffert, notamment les carignans. C'est peut-être dû aux essais d'enherbement. Globalement, les cépages tardifs sont en plus faibles quantités. Même en IGP OC, où nous avons mis un goutte-à-goutte sur certaines parcelles, nous avons un tiers en moins.

Notre projet d'agroforesterie : une solution d’avenir
Toutes nos nouvelles plantations sont en agroforesterie. On refait des haies. Et, dans les vignes, on plante des arbres. Après 8 rangs de vignes, on plante un rang d'arbres languedociens ou des vergers. L'idée est d’apporter de la biodiversité, de favoriser la circulation de l’eau dans le sol et d’amener de la fraîcheur. Comme on va vers un réchauffement climatique, c'est intéressant d'essayer de trouver des solutions, notamment pour les degrés. Mon conseil, aujourd'hui, est de planter les arbres et les vignes en même temps, pour qu'ils "s'arrangent entre eux".


Une puissance tannique incroyable en rouge
En cave, les fermentations se sont bien passées. Les malolactiques sont parties rapidement.
Nos assemblages ont été réalisés ce matin (NDLR, le 25 novembre 2016).
Les blancs étaient, au départ, moins éclatants qu’en 2015. Mais les fruits sont en train de revenir.
En rosé, nous avons cette année essayé une nouvelle technique. Pour éviter de mettre du SO2 avant fermentation, nous avons mis des levures qui ne dégagent pas de gaz carbonique. Elles absorbent l’oxygène et protègent le moût. Ce procédé permet également de réduire la dose de sulfites avant la mise. Résultat : le vin ne change pas, mais son niveau aromatique est très intéressant. Le nez est net avec de jolis fruits.

Les rouges, très foncés, ont une puissance tannique, incroyable. Ils sont gras et amples. Même sur notre premier de gamme en Minervois, on a des qualités de concentration et de matières, du niveau de notre tête de cuvée, le “Clos Pech Laurié”. Mes inquiétudes sur le carignan sont écartées. La matière enrobe les tanins.
Maintenant, il va falloir les élever et savoir les attendre, mais ce petit millésime, en volume, est bon.

Frédéric Schwertz, vigneron du domaine des Maëls
(AOC Minervois et IGP OC)