2016

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mardi 17 janvier 2017

Les Celliers d'Orfée | Retrouvez son témoignage 2017 2014 

Christophe Groppi : “Petits volumes mais grande qualité”.

Les 166 coopérateurs de la cave “Les Celliers d'Orfée” ont produit en 2016, 41 000 hl qui sont à 40% en appellations Corbières, Corbières Boutenac, Languedoc et 60 % en IGP (1/3 IGP Aude et 2/3 IGP Oc). Ils sont vendus majoritairement au négoce. La coopérative vend également en direct ses vins embouteillés. Ils représentent 25% du chiffre d'affaires.

Actu : la cave est en période d’investissement. En 2017, toutes les activités seront regroupées sur un même site, à Ornaisons, dans un nouveau bâtiment de 900 m2 dédié au conditionnement (mise et stockage).  Le chai de vieillissement de 400 barriques sera également rapatrié sur ce site. L’objectif affiché est de développer le conditionné (bouteilles et bag in box).

Les vendanges se sont déroulées du 25 août au 8 octobre 2016.

Une baisse des volumes de 20%
L’hiver a été doux, sans gel, comme au printemps. Le cycle végétatif de la vigne s’est déroulé normalement malgré le manque d’eau. De l’hiver jusqu'aux vendanges, les précipitations et l'humidité, ont été très faibles. 2016 est une année exceptionnelle en termes de maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium) y compris pour le vers de la grappe, qui fait habituellement des dégâts. A la veille de la récolte, les raisins étaient très sains. Mais malheureusement avec un stress hydrique très important. Sur l'ensemble du parcellaire, les baies étaient très petites. Une pluie début septembre de 30 mm en moyenne a tout débloqué. Les maturités se sont très bien faites ! La récolte a été sauvée. Pas les volumes. La baisse est de 20% par rapport à 2015 où nous avions déjà perdu 7%. En AOC Corbières, les rendements très faibles sont, cette année, aux environs de  36 hl/ha.

 

Un millésime qualitativement très bon
En cave aujourd’hui, les produits sont très colorés, y compris les grenaches.  Avec une bonne charge tannique. La qualité est présente aussi. Le déblocage des maturités s’est réellement produit. Contrairement à nos craintes, les tanins ne sont pas secs. Au contraire. Ils sont à la fois présents et fondus. Les vins sont comparables au millésime 2011. Cette grande qualité concerne tous les cépages.


Des rosés et des blancs en faible proportion
Les rosés représentent cette année seulement 5% de notre production. Par choix stratégique. Sur ce marché largement pourvu entre 2014 et 2015, nous avions commencé à réduire notre production dès l’année dernière, à 10%. Les blancs restent à 10% car les cépages (sauvignon, chardonnay, grenache blanc) sont voués à être produits dans cette couleur.

Une baisse du chiffre d’affaires importante et inquiétante pour les adhérents
Les faibles rendements vont impacter le chiffre d'affaires de nos adhérents. Sans parler de la baisse attendue des cours du prix des IGP, notamment due à l'augmentation constante des importations de vins étrangers. Elles avaient atteint, selon le bilan France Agrimer (mars 2016), un niveau record de  7,16 millions d'hl en 2015. L’Espagne, avec sa récolte de 40 millions hl, n’est pas la seule en cause. L’Italie qui produit 50 millions d’hl peut également avoir une incidence. 2 à 3 millions d’hl sont suffisants pour déséquilibrer un marché. Ce démarrage de campagne nous fait donc peur. A la baisse des prix, même si elle n'est que de 5%, s'ajoute celle de la production de -20%, soit un chiffre d'affaires en recul de 25%. C'est un événement majeur. D'autant plus, que nous sommes dans un tournant stratégique pour le renouvellement de nos adhérents. L'âge médian des vignerons dans notre région est de 52/55 ans. Il est important aujourd’hui de penser aux futures générations. Car, pour intéresser des nouveaux entrants, le modèle économique doit être rentable sur une longue période.

 

Christophe Groppi, directeur de la cave coopérative Les Celliers d'Orfée
(Appellations Corbières, Corbières Boutenac, Languedoc et IGP Aude.)