2015

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Jeudi 08 octobre 2015

Châteaux Saint-Martin de la Garrigue et Saint-Louis. |

Jean-François Farinet : " Un millésime élégant malgré de vendanges sous haute tension."

Le Château Saint-Martin de la Garrigue compte 65 hectares de vignes en appellations Grès de Montpellier, Picpoul de Pinet et Languedoc. Le Château Saint-Louis, c’est 120 hectares de vignes qui sont entre autres en appellations Corbières et Corbières Boutenac. Les domaines sont conduits de façon raisonnée en Terra Vitis®.

 

Les vendanges ont débuté au Château Saint-Martin le 31 août avec les viogniers et se sont terminées le 1er octobre avec les piquepouls. En Corbières, nous avons attaqué avec les marsannes le 2 septembre et nous avons fini avec les bourboulencs, le 29 septembre. Le cycle de ce millésime se ressemble sur les deux domaines tant d'un point de vue météo que végétal. Ces vendanges, précoces, ont été particulièrement resserrées par rapport aux années précédentes !

 

Des vendanges très stressantes

Fait exceptionnel pour notre secteur, les réserves en eau étaient importantes cet hiver alors que, habituellement nous manquons d’eau. Comme le printemps s'est avéré frais et humide, nous avons dû surveiller le mildiou de près. A partir du 21 juin, nous avons subi de fortes chaleurs. La sécheresse s'est installée - surtout au domaine Saint-Martin à Montagnac - jusqu'à la mi-août. Au château Saint-Louis à Boutenac, nous avons eu un peu de pluie. A la fin août à Saint-Martin, nous avons essuyé un orage important de 80 mm et une semaine plus tard, à nouveau 25 mm. Cette eau a fait beaucoup de bien aux raisins. Elle est arrivée juste au bon moment entre la véraison et la maturité. Elle nous a sauvé la vendange !

La récolte a commencé quinze jours après, sous-tension. Dès septembre, le vent marin s’est mis a soufflé avec son lot d'humidité importante et sa température fraiche. Nous avons dû prendre des risques dans les choix des récoltes. Nous aimons les raisins mûrs, mais l'attente - notamment pour les syrahs - était, avec ce climat humide, risquée. Nous avons ensuite vécu avec une épée de Damoclès. Les alertes oranges se sont succédées. Mais, nous avons été épargnés. Les orages cévenols sont passés au-dessus...

Aujourd'hui, nous sommes rassurés. Nous avons su sauver nos meilleurs raisins que l'on coupe en dernier. Et les premiers résultats, nous donnent raison, car nous avons notamment récolté de très belles syrahs en qualité et en quantité. Les craintes du mois de septembre sont effacées.

 

En terme de quantité, pour les carignans - très beaux - les manques sont de l’ordre de 30 à 40 %. Ce phénomène semble avoir touché plusieurs domaines en Grès de Montpellier. Pour tous les autres cépages, nos rendements habituellement faibles sont bons - notamment pour les syrahs.

 

Notre meilleur millésime

Les blancs ont beaucoup de fraîcheur et de minéralité. Les premières dégustations concordent bien avec les vins que nous aimons faire : minéralité et fraîcheur pour les blancs. Tanins soyeux et souples pour les rouges. Nous n’avons ni rusticité, ni verdeur. Les rouges sont sur l'élégance. Je pense que c’est mon meilleur millésime depuis 2012, année de mon arrivée aux domaines. Mais il nous reste encore beaucoup de travail avant le produit final !

 

 

Jean-François Farinet, directeur général des Château Saint-Martin de la Garrigue et Saint-Louis.

(Appellations Grès de Montpellier, Picpoul de Pinet, Languedoc, Corbières et Corbières Boutenac)