2014
  • "Un millésime atypique et prometteur"
>> Contactez cette personne
Jeudi 09 octobre 2014

Domaine de L'Ancienne Mercerie | Retrouvez son témoignage 2016 2015 2013 

François Caumette "Un millésime atypique et prometteur"

Le domaine de l'Ancienne Mercerie compte 16 hectares en appellations Faugères et Languedoc, entièrement cultivés en agriculture biologique par ses propriétaires, François et Nathalie Caumette.  François Caumette avait déjà témoigné sur le millésime 2013. Il revient sur ce nouveau millésime, atypique et prometteur.
 
Les vendanges se sont déroulées du 3 au 24 septembre 2014.
 
Un millésime atypique d'un point de vue climatologique
Le millésime 2014 est, d'un point de vue climatique, totalement atypique avec une sécheresse hivernale très importante. Le déficit hydrique était de 50% par rapport à une année normale. Au niveau du cumul pluviométrique printanier, nous étions également largement déficitaires. On s'est donc retrouvé avec un stress hydrique précoce et très intense. Par conséquent, la croissance végétative a été très limitée. Pour la première fois, sur un tiers du domaine, la récolte semblait fortement compromise....Heureusement, la succession  exceptionnelle d'orages pendant l'été a sauvé la récolte. La vigne a pu continuer à se développer et les grappes à grossir. Juste avant les vendanges, l'état sanitaire était bon et le volume de récolte normal pour nous, autour de 25 hl/ha.
 
Nous sommes des miraculés
Le domaine est situé au sud de l'appellation Faugères, dans un secteur précoce. Les vignes sont peu vigoureuses, peu chargées et les raisins ont tendance à mûrir rapidement. Les vendanges se sont déroulées du 3 au 24 septembre 2014. Nous avons été épargnés par les très gros cumuls de pluie. Sur toute la durée, il est tombé 100 mm répartis en trois épisodes. Nous avons fini la récolte juste avant le dernier gros orage. Nous avons vendangé dans de bonnes conditions avec un état sanitaire non dégradé. Nous n'avons pratiquement pas eu de tri à faire d'autant plus que nous vendangeons tout à la main.
Nous considérons que nous sommes des miraculés car plus au sud, il y a eu une sécheresse très importante. Et les secteurs tardifs au nord, ont subi des épisodes pluvieux catastrophiques. Sans parler des vignobles grêlés. On a eu de la chance. Nous pensons aux vignerons qui ont été sinistrés.
 
Un millésime de bonne qualité
Comme nous n'avons pas eu de gros cumul de pluie, nous n'avons pas non plus de dilution importante de la récolte.  Sur les premières cuves de syrah et de grenache, les degrés sont plutôt hauts. En revanche, les carignans rentrés à la fin sont un peu plus dilués avec des degrés plus faibles. Et c'est important pour nous.
En cave, les fermentations se sont bien déroulées. Comme nous travaillons en levures indigènes, nous allons devoir gérer une cuve de syrah qui a développé un peu d'acétate d'éthyle, sans gravité. Toutes les autres cuves sont correctes.
Ce millésime sera marqué par le grenache, très généreux alors que les syrahs et les mourvèdres sont plutôt avares. Les carignans, très tardifs cette année, vont nous apporter de la fraîcheur et un degré moindre pour les assemblages. A ce jour (le 9/10/2014) toutes les cuves sont encore en macération. Aucune fermentation malolactique n'a commencé. 
Les couleurs sont soutenues. Au bout d'un mois de macération, nous avons une bonne présence tannique, sans être excessive. Le seul bémol, mais nous sommes habitués, sont les hauts degrés (15,5° voire 16°) sur les premières cuves. Ils sont compensés par une bonne acidité, une bonne structure et le seront par le jeu des assemblages.
 
Nous pouvons donc déjà dire que nous sommes sur un millésime de bonne qualité.