2014

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mardi 18 novembre 2014

SudVinBio |

Valérie Pladeau "Ce millésime s’annonçait compliqué et pourtant il n'a pas été aussi difficile que prévu"

Valérie Pladeau travaille notamment sur la réglementation des vins bios et les questions techniques inhérentes aux pratiques de vinifications. Dans le cadre de programmes de recherche qu'elle mène, elle suit plusieurs producteurs tout au long de l'année. Les observations posées sont entre autres : quelles sont leurs pratiques ? Quels sont leurs problèmes par rapport aux contraintes réglementaires ? Quels sont leurs besoins ? 
 
Les producteurs bios se sont bien adaptés aux exigences réglementaires
C'est le troisième millésime pour lequel les vignerons doivent répondre à des contraintes réglementaires en termes de vinification. On se rend compte sur le terrain que les producteurs ont bien pris en compte les exigences. Ils arrivent aujourd'hui à vinifier sans qu'il y ait d'impacts techniques en bio et à pouvoir travailler correctement  grosses difficultés. Leurs pratiques se sont bien adaptées aux exigences réglementaires. Les fermentations et la conduite des vinifications se sont globalement bien comportées. Les moûts étant assez riches en azote cette année, les fermentations ont été menées très correctement. Toutefois avec les gros orages, sur quelques récoltes, certains intrants ont du être utilisés en collage des moûts pour éviter des problèmes d'oxydation en blancs et rosés.  Mais il y avait des solutions suffisantes en bio pour pallier ces difficultés. Il y a un peu plus d'intrants cette année sur certaines récoltes tout en restant dans le cadre de la réglementation. Par ailleurs, j'ai observé des producteurs qui travaillent en levures indigènes (ndlr ceux qui ne levurent pas). Quand on était sur des raisins avec un état sanitaire satisfaisant, les fermentations alcooliques se sont déroulées sans grandes difficultés. Dans notre région avec nos trois ans de recul, nous pouvons affirmer que les producteurs bios rentrent donc bien dans les clous de la réglementation.
 
Les vins se présentent bien
Sur les premières dégustations, il y a de très beaux vins avec des notes assez fruitées. Certes, ils sont un peu moins concentrés qu'en 2013 mais les vins sont bien. Ce millésime s’annonçait compliqué et pourtant il n'a pas été aussi difficile que prévu en vinification ! Les producteurs semblent satisfaits de ce qu'ils ont rentré en cave et ce qu'ils ont vinifié derrière. Notamment grâce aux facilités de fermentation. Et en bio, nous sommes dans cette optique : réduire les intrants, avoir des vinifications qui se passent bien et de beaux produits derrières. 
 
Une production plus faible en bio comme en conventionnel
En termes de volumes bios, nous n'avons pas encore de chiffres mais nous allons faire une estimation sur quelques domaines représentatifs de la production des vins bios de la région. On attend les déclarations de récolte pour procéder à ce travail. Rien ne va impacter les bios plus que les conventionnels par rapport au rendement cette année. Globalement, les contraintes météorologiques (sécheresse et grêle) ont surtout joué sur la baisse des rendements. Nous sommes sur une production plus faible que l'année dernière tout comme la tendance générale des conventionnels.
 
 
Valérie Pladeau, Ingénieur conseil oenologie et démarches qualité à SudVinBio  
(Appellation Languedoc et IGP Sud)