2014

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
  • "Une production en hausse tournée à + de 50% vers les rosés"
>> Contactez cette personne
Lundi 13 octobre 2014

Institut Coopératif du Vin du Gard | Retrouvez son témoignage 2015 

Gérard Sanchez "Une production en hausse tournée à + de 50% vers les rosés"

Gérard Sanchez est le directeur de l'Institut Coopératif du Vin du Gard. Il témoigne sur le millésime 2014 pour les IGP du Gard.
 
Voici les premiers éléments dont nous disposons à ce jour (le 13/10/2014) sachant que tous les vins n'ont pas fini leur macération. Nous aurons une idée précise de la typologie de ce millésime dans quelques semaines : 
 
Dans le département du Gard, les vendanges ont eu lieu du 20 août au 4 octobre 2014.
 
A l'image de tout le Languedoc Roussillon, un millésime climatologiquement atypique dans le Gard
Contrairement à 2013, beaucoup d'éléments présageaient au printemps 2014, un millésime relativement précoce. Pourtant, nous avons peu à peu perdu cette avance. L'été plutôt frais, par rapport à la moyenne saisonnière, a engendré une maturité plus lente que d'habitude, sans atteindre la situation de 2013 (millésime historiquement tardif).
Les vendanges se sont étalées entre le 20 août et le 4 octobre. Elles ont été localement perturbées par des épisodes pluvieux. Mais la majeure partie de la production a été ramassée pendant la belle accalmie des quinze premiers jours de septembre. Nous avons également eu des dégâts de grêle très localisés dans la zone nord du Gard autour de Pont Saint Esprit.
 
Une vigilance accrue des vignerons
Même s'il est difficile de comparer les millésimes entre eux, 2014 a donc demandé aux vignerons une grande vigilance sur les fenêtres de ramassage. Aujourd'hui, une vendange dure 6 à 7 semaines entre les premiers raisins rentrés et les derniers. On attend quand il le faut, on laisse mûrir et on ramasse quand c'est prêt. Les vignerons font du sur mesure. En cave, ils ont du également adapter les bonnes procédures de vinification. Les investissements importants réalisés sur le matériel (froid, pressurage, cuverie, automatisme..) permettent aujourd'hui d'être précis sur le type de produit que l'on veut élaborer et que le marché demande. Et pour nous oenologue, c'est précieux.
 
Une production en augmentation
Depuis deux ans, nous avions dans le Gard, une petite récolte soit environ 3 100 000 hl pour l'ensemble de la production (Côtes du Rhône, Costières de Nîmes, Coteaux du Languedoc, Pays d'OC et les IGP du Gard). Nous avons un peu inversé la tendance cette année car nous sommes à + 8% ou 9% soit environ 3 400 000 hl. C’est une aubaine pour les producteurs !
 
Les IGP du Gard vont produire cette année plus de 50 % de rosés
Dans notre région, les cépages comme le grenache, le cinsault, la syrah sont particulièrement bien adaptés à la production de rosés. L'orientation va de façon très significative vers la production de rosés au détriment bien entendu des vins rouges. Sur les zones Vin de Pays, les volumes rosés sont à plus de 50 %.
 
Les caractéristiques du vin
Le millésime est un peu plus sur la fraîcheur, plus tendu, plus acide. C'est donc un point positif pour nous car nous avons tendance à avoir des raisins qui manquent parfois de nervosité, d'acidité notamment sur les blancs et les rosés. 
Cette année, les rosés ont une maturité naturelle un peu inférieure à ce que l'on a l'habitude de faire. Nous répondons donc parfaitement à la demande des acheteurs en termes de volumes, de degrés (12,5° cette année) et de couleurs (plus pâles).  
 
 
Gérard Sachez - Institut Coopératif du Vin du Gard